La culture du verre à moitié...

- Oh, ça fait longtemps qu'on ne s'est pas vu !

Petite phrase anodine ? Pas si sûr ! Suivant qu'on s'est levé du pied droit ou du pied gauche, nous voici envolés dans la spirale euphorique du verre à moitié plein, ou celle obscure du même verre à moitié vide.

Voyons ce que cela donne dans le quotidien.

Lulu et Jessi prennent rendez-vous pour se revoir.                          Les m2

 

L'euphorie du verre à moitié plein

S’enflammant pour ces retrouvailles, Lulu épluche minutieusement sa garde robe à la recherche du vêtement idoine pour ce rendez-vous, chemise unie jaune ou à motifs, veste à col ou pas ou peut-être carrément sweat. Beaucoup de temps est passé depuis leur dernière escapade au Mont Joyeux, en compagnie de toute la promo du conservatoire de la classe des cuivres et des percussions. Lors de cette sortie, Lulu et Jessi s’étaient découvert une passion commune : la collection des chewing-gums mâchés à tous les vents et, de ce fait, s'étaient promis de se revoir souvent. Une telle passion réunissait les chewing-gums arrachés aux semelles pleines de vase, ceux au goût poireaux à peine salivés, ceux récupérés dans des poubelles ou des cendriers et vénérés comme des trophées... Bref, une collection improbable qui créait des liens.

Tout à sa joie de partager à nouveau un moment rempli d’anecdotes sur leur collection, Lulu sautille tel un enfant le long des rues. Tout est prévu pour cette journée : la tenue vestimentaire, la réservation du restaurant, le concert envisageable, le bistrot pour prendre un pot et bavarder, la boîte où danser, le karaoké délirant... Un super programme pour cette revoyure qui s'était perdue dans les méandres de la procrastination et qui électrise l'enthousiasme de lulu. Une chouette journée en perspective.

 

Le côté obscur du verre à moitié vide

Même si très loin dans son for intérieur, cela fait plaisir à Jessi de revoir Lulu, la petite phrase anodine « ça fait longtemps qu'on ne s'est pas vu » résonne comme un reproche. Oui ça fait longtemps ! Jessi a eu tellement de choses à gérer dans son quotidien depuis l'ascension du Mont Joyeux : panne de réveil, chaussettes dépareillées, pâtée du chat, coiffeur de l’autre côté de la ville, embouteillages, caddies à remplir, restaurant du coin, lessive à gogo, week-end pluvieux, ensoleillé, venteux, neigeux, concert, bières et cigarettes trop trop trop, infos à outrance...

Pour être sincère, Jessi a accepté ce rendez-vous pour éviter un autre reproche qui n'aurait, à son sens, pas manquer de venir. Mais quoi se mettre ? Le nez dans sa valise bien chargée, Jessi a du mal à se décider et finit par opter pour un vêtement venu du fond des âges et du fond de la malle.

Traînant des pieds, Jessi se rend au rendez-vous.

 

Le rendez-vous Soleil

Lulu demeure dans la joie de cette revoyure tandis que Jessi reste à l'affût du reproche attendu au débotté. Reproche qui n'arrivera pas du fait que l’enthousiasme de Lulu occupe toute la place dans le verre à moitié plein. Flottant dans sa volubilité, Lulu raconte avec ferveur les dernières anecdotes des chewing-gums mâchés à tous les vents, venus étoffer sa collection. Impossible pour Jessi d'y prendre le moindre plaisir, en boucle sur les mots, attendant de mordre au moindre reproche.

Pourtant l'histoire du chewing-gum revenu de l'espace par la dernière navette spatiale et celle du chewing-gum pré-mâché par le fan qui a serré la main de Spider-man, valaient leur pesant de cacahuètes... ou plutôt de chewing-gum. Tous ces chewing-gums qui auraient pu être partagés avec Jessi, pour sa collection. Une prochaine fois peut être...

 

Comment pourrir un rendez-vous par Jessi

Juste en se concentrant sur la moitié vide du verre qui l’obnubile. Depuis son enfance, voire même depuis des générations, Jessi croule sous le côté obscur de la force qui l’empêche de s’enthousiasmer, des fois que le bonheur serait une vaste fumisterie, inventé par des gourous férus d'optimisme.

Pourtant quelque part en son for intérieur, le plaisir des retrouvailles ne demandait qu'à surgir.

 

Comment réussir un rendez-vous par Lulu

Lulu, ayant suivi Tim Burton dans le tournage du film Big fish, a réalisé que suivant l'emplacement de la caméra, on pouvait avoir une vision très différente, allant du clair à l'obscur. Testant plusieurs angles de caméra, Lulu a fini par opter pour l'euphorie du verre à moitié plein. Plus drôle. Plus créatif. Plein de promesses. Carrément optimiste.    

                                                                Camera 1

 

Et pour finir

Qui que l’on soit, d’où que l’on vienne, notre environnement, c’est notre atmosphère. Atmosphère ! Atmosphère ! Est-ce que j'ai une gueule d'atmosphère ! Et bien non. Si l'atmosphère te pollue, arrête de respirer ! Ou va voir chez le voisin si l'herbe est plus verte ! Ah ben non, elle l'est pas. Alors revenons à nos moutons... de Panurge... mais non, pas non plus !

Allons un peu de sérieux. Quand l'atmosphère t'étouffe, déplace ta caméra ! En d'autres termes, ou tu prends bien ou tu prends mal les choses, c'est toi qui choises !

                                                                   Coccinelle

 

 

Ajouter un commentaire