Les maudits des transports et autres queues de supermarché...

                                                                                  Les m2

Pourquoi ça n'arrive qu'à moi ? C'est toujours pareil ! Quand je dois aller quelque part, le seul train annulé, c'est le mien ! Ou bien la seule route en travaux, c'est la mienne ! J’ai vraiment pas de chance.

Et c'est la même chose dans les magasins ! Il suffit que je choisisse une caisse pour que ce soit la seule qui n'avance pas. Quelle que soit la queue dans laquelle je me m'insère, aussi bien sur l'autoroute, qu'au cinéma ou à la CAF, même avec un ticket, c'est toujours la mienne qui fait du sur place !

 

Fatalité  Etoile

J'ai dû naître sous une mauvaise étoile ! Les anges étaient certainement distraits ce jour-là. C’est sûr, ils devaient tirer à ''tête ou navire'' (pile ou face) celui qui m'accompagnerait dans la vie.

À mon avis, ils sont toujours en train de jouer sans être parvenus à se mettre d'accord. Ma naissance s'est donc effectuée sans leur regard bienfaiteur et c'est pourquoi ma vie se déroule à la ‘’va-que-je-te-pousse’’ et de préférence, ‘’je-te-pousse-du-côté-du ravin’’.

                                                                            Sorciere

Ou alors, le jour de ma naissance, la vilaine sorcière du nord n'ayant pu obtenir ce qu'elle désirait, ni de Dorothée, ni du magicien d'Oz, s'est rabattue sur moi et a saupoudré sur mon berceau le sort que je serais adepte du verre à moitié vide.

C’est bien ma veine ! Quelle poisse !

Je suis une victime de ce monde et il me le fait bien comprendre !

Que faire ?

Osciller entre la dépression, me retirer dans un couvent, devenir actionnaire d'un fabricant de mouchoirs ou passer ma vie à râler que c'est toujours pour moi les catastrophes?

À quoi bon ? Pas de chance, qu'est-ce-que vous voulez, je n'ai pas de chance. Il ne me reste plus qu'à m'asseoir dans un fauteuil pour regarder passer ma vie, morne, triste, sans joie et ainsi éviter tout problème.

À quoi sert ma vie ? À rien. Même pas à faire avancer le schmilblick.

Et bien voilà, j'ai touché le fond.

Bon, il paraît que lorsque l’on a touché le fond, on ne peut pas aller plus bas, qu’il ne reste donc plus qu’à remonter.

Alors, remontons !

 

La remontada

Ok ! Remontons. Mais comment je m'y prends ? Apparemment, la notice d'utilisation n'est pas si simple et n'est pas livrée à la naissance. Si ? Hé ! Vous ! Les pros du développement personnel, c'est quoi le mode d'emploi ?

Il est suggéré de sortir du triangle de Karpman ? C'est quoi ça ? Victime, bourreau, sauveur ! Ok, mais une fois qu'on a dit ça, on en fait quoi ?

S'il y a des victimes, c'est qu'il y a des bourreaux et des sauveurs. S'il y a des bourreaux, c'est qu'il y a des victimes et des sauveurs. S'il y a des sauveurs, c'est qu'il y a des victimes et des bourreaux.

Alors, si j'arrête d'être victime, est-ce que ça élimine de mon environnement les bourreaux et les sauveurs ? Ben, pourquoi les sauveurs d'ailleurs ? C’est bien les sauveurs !

Ah mais oui ! S'il y a sauveur, il y a forcément victime et s'il y a victime, le bourreau attend au coin de la rue ! Et on repart pour un tour !

Ok, soyons responsable. Si je suis à cette caisse ou si mon train a été annulé, c'est parce que j'ai choisi cette queue et que je n'ai pas prévu de plan B pour le train.

Effectivement, quand je me remets entre les mains de choses que je ne maîtrise pas totalement, le truc, c'est de prévoir que ça peut déraper de ouf ! Prévoir ? Uniquement quand c’est vraiment important pour moi. Parce que je ne vais pas passer mon temps à tout envisager! Et place à l’imprévu !

Soit ! J'ai l'habitude de toujours vouloir que les choses aillent vite, je n'ai pas de patience. C'est pour ça que les queues de supermarché m’énervent. Mais si je prends de quoi lire pour attendre, j'aurais eu un moment de plaisir et je serais de bonne humeur.

Pour le train, si j'ai vraiment besoin d'être à l'heure quelque part, j'ai la possibilité d'en prendre un plus tôt pour être assurément à l’heure. Ainsi, si le train n'y est pas, il n’me prendra pas et j'ai largement le temps de trouver un autre moyen pour me rendre à mon rendez-vous dans les temps.Train

Visiblement, à ce que je comprends, les choses dépendent uniquement de moi et de comment je les prends, de comment je gère mon temps et des pensées que j'ai ?

‘’Nous sommes ce que nous pensons.’’ qu'il a dit Bouddha.

Donc, suivant ce que je pense, je me facilite la vie ou je me mets des bâtons dans les roues ? C’est un peu relou cette affaire, car je n’ai pas forcément envie d’être responsable de ce que je vis.

Pourtant, après plusieurs lectures sur ce sujet, force est de constater qu’apparemment, nous sommes bel et bien ce que nous pensons et seul maître à bord. Si je pense que je n’ai pas de chance, alors, je n’en aurai pas. Par conséquent, je vais changer mes pensées. Cela semble être la condition ‘’sine qua non’’ pour sortir du triangle dramatique.

Si j'avais su ça plutôt, peut-être que j'aurais pu éviter de toucher le fond … « de la piscine dans le petit pull marine tout déchiré aux coudes... »   Note musique

Essayons !

Allez ! Ok ! je me mets au défi d'arrêter de râler, de rééduquer mes pensées et d'accepter d'être responsable de ce que je vis. Que la vie commence !

 

Ajouter un commentaire